Le virtuel : ces jeunes qui passent à côté de la vie !

Le virtuel : ces jeunes qui passent à côté de la vie !

Rédigé le 10/07/2024
Léa NABET

Samedi soir dernier, je rejoignais une amie de passage à Jérusalem pour manger en plein centre-ville de Jérusalem. En arrivant, je fus surprise de voir que toute la jeunesse hiérosolymitaine se réunissait sur la place "Kikar Tsion" et les rues adjacentes. Derrière l'ambiance festive, il semblait évident que chacun était venu avec le même objectif : draguer.Tous les protagonistes étaient réunis : le garçon bodybuildé qui espère se faire remarquer grâce à ses muscles, celui qui ne se déplace jamais sans sa Mercedes flambante neuve car l'estime de lui-même dépend de ce qu'il gagne, ou les bandes de garçons qui fanfaronnent sur la place pour attirer l'attention. Quant aux filles, la méthode est toujours la même : une bonne dose de maquillage et des vêtements micro dosés…

Dans cette atmosphère bien éloignée des quartiers religieux que j'ai l'habitude de fréquenter, deux jeunes filles attirèrent mon attention. Elles étaient assises à une terrasse côte à côte en tenue de soirée, la mine triste. Assises l'une en face de l'autre, elles avaient visiblement l'espoir que des garçons viennent leur parler. Or, il n'y avait personne, et leurs visages trahissaient leur déception.


2000 "amis" sur Facebook, et alors ?

Plus je les observais et plus une question me turlupinait : dans un monde sans Torah, l'estime de soi ne dépend-elle que de sa côte de popularité ? Comme si pour être heureux, il fallait avoir 2000 amis sur Facebook, une ribambelle d’abonnés sur Twitter, poster ses photos sur Instagram et « se faire chiner » fréquemment…

Dans un système construit sur l'approbation de la société, les « j'aime », les confirmations dans le nombre de vues et des commentaires, comment conserver un jugement personnel ? Comment apprendre à se connaître, à s'apprécier et à déterminer ses objectifs de vie si l'on passe son temps à chercher le regard et l’estime de l'autre ?

Avec le développement des réseaux sociaux, les gens consacrent une grande partie de leur existence à se mettre en scène pour simuler une vie parfaite. Il suffit de se promener devant des lieux touristiques pour compter le nombre de personnes marchant avec une « perche à selfie » dans la main, comme si le plus important n'était pas l’endroit visité mais combien de gens seraient informés de leurs escapades.

Dans un autre registre, combien de couples se prennent en photo en mode « The Kooples », dans le seul intérêt de véhiculer l'image d'un couple jeune, beau et stylé ? Évidemment, les scènes de ménage sont toujours coupées au montage…

Tous ces individus, terrifiés à l'idée que personne n'accorde d'importance à leur vraie personnalité, passent leur vie à courir après une vie virtuellement parfaite.

La Torah nous invite à prendre le temps de nous connaître et de nous construire. Tout le travail des Ba'alé Moussar comme le Rav Dessler, le Ram’hal ou le Or’hot Tsadikim, est de nous aider à travailler sur l'essence de notre personnalité et de comprendre ce qui motive nos actes : la bonté ou l'orgueil, l’amour ou l'ego etc.


Qu'est-ce qui motive nos actes ?

Sans cette introspection, il sera très difficile pour l'homme de faire les bons choix dans sa vie. Par exemple, qui réussira à refuser un poste bien rémunéré mais qui nécessite de longues journées de travail et de nombreux déplacements, sans s'être demandé au préalable quelle est sa priorité dans sa vie : réussir dans les affaires ou dans sa vie de famille ?

De même, au moment de choisir son futur conjoint, quels seront les critères qui primeront ? Le physique et le charisme, ou le ‘Hessed, l'écoute et l'empathie ?

N’attendez pas de devenir technophobe pour vous poser les bonnes questions. Déconnectez-vous, prenez une feuille et un bon vieux stylo et notez ce à quoi vous aspirez vraiment dans la vie. Puis demandez-vous si, aujourd'hui, vous faites le nécessaire pour atteindre vos objectifs. Sinon, listez ce que vous devez mettre en place afin d’y parvenir et commencez le travail !

La vie n'est que la projection de nos actes, alors faites en sorte que ces derniers reflètent vos aspirations. Si courir après la reconnaissance (virtuelle) n’a pas la capacité de rendre heureux, se réaliser dans la vie le peut...